22 mars au 14 avril 2019 :  "Forum Expo Bonlieu" Annecy

Ce vaste espace va me permettre de déployer le cheminement qui m'a amenée à travailler sur la notion de lien.

 

8 janvier au 8 février 2018 : "Le Polyèdre" de Seynod 

Le thème cheminements parle des miens propres, de ceux que notre monde voit se développer et de ceux que me renvoit le public.
Je présente des peintures acryliques (onglet plaisir de la matière), des eaux fortes, et j'élabore un travail in situ.
Dans les 2 halls d'entrées, ne pouvant pas réaliser un mobile en tissu de parapente à cause des alarmes situées dans l'établissement, je me suis lancée dans la réalisation d'un "immobile" évoquant le lien de la rencontre, tout en proposant un cheminement . Des peintures sont présentées sur les murs.
Des montages photo-vidéo défilent sur le grand écran de la salle centrale.
Des textes littéraires sont écrits sur les vitres de la M.J.C.

 

1° trimestre 2017 :  I.U.T. d'Annecy-le-Vieux

Pour mon intervention de février 2017 à l' IUT, j'ai présenté un travail plastique sur le thème du lien (rencontres, échanges, cheminement, ...) qui s'est déployé sur tout l'établissement.

 https://www.iut-acy.univ-smb.fr/contamination-a-liut/?m=0

Je décline la notion de lien sous 3 formes différentes :

1) un travail participatif avec les acteurs de l’IUT

————devenezacteurde———

———laprochaineintervention

—————d'art——plastique————

———sortezduweb—————et

devenez—————créateur——de

la—————toileIUT———       

Je propose aux personnes (enseignants, étudiants, personnel administratif, visiteurs, ..) de décrire par écrit un lien créé à travers la fréquentation de l’établissement.
Ces témoignages seront accrochés sur les « toiles » (fils tendus) réparties dans tout l’ IUT.
mode d’emploi :
- vous disposez d’un carton (inférieur à A5) + d’un bout de ficelle (il y en a sur place)
- vous y déposez votre prose décrivant un (des) lien(s) que vous avez pu créer en fréquentant l’IUT (dans votre département, dans d’autres, à la cafet, au sport, …)
- reste à accrocher votre témoignage (rencontres, relations, échanges, découvertes,…) sur une des « toiles » tendues par Anne dans les différents départements .

2) le cheminement faisant lien, des textes sur ce thème seront transcrits dans les lieux de circulation, sur les vitres et sur des supports papier

3) des montages visuels sur ce même thème seront projetés sur les écrans informatifs.

 

5 août au 5 septembre 2016 : galerie Rannaz à Talloires

Je m'inscris dans une démarche qui permette aux structures d'accueil d'art de s'ouvrir à toutes les formes d'expression, du figuratif aux démarches contemporaines.

Ayant apprécié l'accueil de ces passionnés, je suis heureuse d'exposer chez M. et Mme Rannaz.

 

22 novembre 2015 : exposition l'ARTYSHOW à Villaz

10 artistes et créateurs exposent à la salle des fêtes du village
voir sur : https://www.facebook.com/artyshowvillaz/?view_public_for=1686611314905280

 

26 novembre au 4 janvier 2015 : Mairie d'Annecy-le-Vieux

Je présente des peintures et des eaux fortes de la série fragments.

 

16 novembre 2014 :  exposition l'ARTYSHOW à Villaz

 11 artistes et créatrices de Villaz exposent leurs travaux à la bibliotèque et au presbytère ... l'occasion de venir découvrir le dynamisme de mon village.

 

10 octobre - 5 décembre 2014 : I.U.T d'Annecy-le-Vieux

Je travaille sur une nouvelle installation de la série du papier au tissu et de nombreux croquis qui seront le support d'une bourse d'échange de scribouillis.

 

Du 1° avril au 25 juin 2014 : Mairie de Naves et café de la Poste

Je présente des hauts fortes de la série fragments dans ce village qui m’est à présent voisin :o)

 

De janvier 2013 à janvier 2014 :  I.U.T d'Annecy-le-Vieux

Il m'a été demandé de laisser l'installation pendant l'année civile pour la commémoration des 40 ans de la création de l'établissement. Je l'ai quelque peu modifiée : le tube en collage de papier a été retiré et la spirale déplacée pour laisser place à une autre installation ... à suivre !

 

Du 7 janvier au 22 février 2013 :  I.U.T. d’Annecy-le-Vieux

 A partir de la série auto fiction, je présente un travail intitulé mots, papier, temps.

 Cela donne à voir une exposition formellement très différente des eaux fortes exposées l’année passée où ma préoccupation était de mettre en abîme la différenciation figuration – abstraction.

Vernissage : présentation du 22 février

  « Je propose ici 3 éléments réalisés dans le volet auto fiction de mon travail.

 
Un livre : Tome 2 : accumuler, fragmenter, choisir ...

 Quand j’étais jeune, je notais les textes que je préférais sur des papiers de toutes sortes (pelure, …), je découpais des articles, j’écrivais un journal.
J’ai retrouvé tout cela beaucoup plus tard.
En feuilletant tous ces papiers, je me suis rendue compte qu’il faut du temps pour se construire – rien à voir avec le rythme de vie qui nous est proposé.
Et j’ai remarqué qu’Anne à 20 ans est très proche de Anne à 40 et +. Les bases sont là.
Malgré tout, les expériences de la vie viennent se rajouter, disloquent certaines parties pour les recomposer.
J’ai eu l’idée d’exprimer cela en réalisant des livres.
Ils ne sont pas de forme littéraire, mais la difficulté reste la même. Henry Miller exprime fort bien la difficulté d’écrire une autobiographie dans le petit livre
Lire aux cabinets : « Arracher ce livre du fond de moi, le rendre chaud, vivant, palpable … voilà quels étaient mon grand but et ma préoccupation … (…) qu’est-ce que ce livre manquant, sinon « l’histoire de mon cœur (…) Un homme a-t-il une autre histoire à raconter que celle-là ? Et n’est-ce pas la plus difficile à raconter que celle-là ? Et n’est-ce pas la plus difficile de toutes à raconter, celle qui est la plus cachée, la plus abstruse, la plus déroutante ? »

 Ce soir, je suis venue avec le  tome 1 : se construire
- ce premier tome renferme 365 verbes exprimant « se construire » pour moi. Chaque mot est imprimé avec des lettres de plomb sur une feuille de papier bible.
- celle-ci est  doublée d’une feuille de sachet de thé (sachets-infusettes séchés, ouverts, époussetés et repassés) qui symbolise chaque jour qui passe.
- toutes les 7 pages (papier Bible et thé) est intercalé un dessin au réalisé le dimanche matin.
- et, de manière plus aléatoire sont introduits des textes, dessins, images, lettres, etc. qui ont compté pour moi. 

 Le tome 2 qui est exposé ici est réalisé sur le même principe que le premier.
Au final, je réaliserai 4 tomes.
 

 Des tableaux : semainiers - feuilles de papier fabriqué, feuilles de thé, papier bible imprimé, dessins 

  J’ai la même relation aux images qu’aux textes ; que se soit à partir de photographies où de sujet sur le vif, j’aime croquer ce qui m’accroche, avec le plaisir du geste et le jeu de matière du crayon, de la peinture.
Et je suis amoureuse des papiers. J’en ai donc fabriqué, le résultat est assez rigide et constitue un support de collage idéal.
Selon le principe des livres, les collages symbolisent une semaine.

 
Installation :

 

vue de nuit 

 Lors de l’exposition de l’année passée, j'ai réalisé que cet espace du hall était extraordinaire et j’ai assez rapidement imaginé cette structure.
Au début, la motivation me semblait qu’esthétique.
Au cours du travail, je me suis rendue compte que cette forme était lourde de sens.
J’ai imaginé la spirale en tissu de parapente et le tube réalisé en collage de papiers mesure ma hauteur.
Le 1° sens parait donc évident : c’est l’expérience du vol en parapente, le fait de découvrir tout le paysage par-dessus, le graphisme des arbres, l’expérience du 3 D comme les oiseaux …

 et puis, au fur et à mesure que je collais les papiers, d’autres sens ont émergés : je concrétisais mon expérience de foi, ma passion pour les papiers, ...  au final, je pourrais lui donner beaucoup de titres différents, et vous aussi.
C’est pour cela que je propose un questionnaire : « Quel titre donneriez-vous à l’installation située en hauteur dans le hall d’accueil de l’I.U.T. ? »
C’est intéressant de voir tous les sens qui peuvent être donnés à une forme, que ce soit une image où un texte. Je suis très attachée à cela, j’étudie des textes en sémiotique par exemple.

 Le tube est fait de papiers de toutes sortes, format feuille de thé, collés de bas en haut, et de haut en bas, des papiers déchirés comme le tissu de parapente.
Tout en collant chaque papier, j’en comprenais le sens et je me suis dit : Anne, les papiers format feuilles de thé, c’est les briques de ta vie, et, ce qui dégringole, c’est l’amour de Dieu … Toute cette installation, c’est ce que tu vis. »

 Vous pouvez donner un titre à cette installation et consulter ceux déjà attribués dans la rubrique : 5° série AUTOFICTION
  
Elle restera sur place pendant un an pour le 40° anniversaire de la création de l'IUT.

 

 Du 5 janvier au 1° mars 2012 :  I.U.T. d'Annecy-le-Vieux

Exposer sur le campus universitaire est toujours un projet qui m'enthousiasme car, dans la continuité de mes interventions au sein de l'association ACTE, toucher un public jeune reste une de mes intentions.

Deux évènements ont marqué un virage dans mon travail :

- la licence d’arts plastiques a été pour moi une opportunité de comprendre la pertinence de l’art contemporain qui m’était assez hermétique jusque là.
Sans prendre la place de la philosophie, l’art de notre temps est un art du questionnement.
- entre deux épreuves d’examen, pendant une visite au Louvre je suis tombée en extase devant Joseph charpentier de Georges de la Tour, une émotion proche de celle que j’avais éprouvée devant des œuvres colorées de Marc Rothko.

Au-delà de leur représentation (figurative ou abstraite), s’est posée la question du ressenti et du sens de l’image pour moi et le spectateur.


Une expérience :

J’ai alors réalisé une série d’eaux fortes que j’ai nommée f.r.a.g.m.e.n.t.s.
Chaque image était une mise en situation de personnages, de façon assez imprécise pour ne pas imposer une interprétation … et j’ai été surprise de voir à quel point ces représentations avaient un écho différent pour chacun.


Le rapprochement volontaire de deux séries :

La série abstraction : en rangeant des négatifs de photos, j’ai retrouvé une pellicule noir et blanc ancienne que nous n’avions pas eu le temps de développer. Confiée au photographe, j’ai découvert que c’était une série réalisée quand nous sommes arrivés sur Thônes. J’avais alors essayé de fixer l’ambiance (parfois détruite) des ruelles, du bâti. J’en ai choisi quelques unes que j’ai travaillés en croquis, simplifiant progressivement la vision jusqu’à la limite de l’abstraction. Puis, en gravure, je me suis attachée aux lignes, aux matières.
- Dans le même temps, j’ai commencé à étudier des textes en sémiotique, et je me suis aperçue que l’approche du sens de l’image et similaire à l’approche du sens du mot.
- J’avais aussi de plus en plus de mal à supporter la catégorisation, les étiquettes, les séparations qui sont d’usage dans le discours sur l’art. Elles sont intéressantes pour comprendre l’histoire de l’art du début du XX°S, mais cette catégorisation n’apporte rien sur la connaissance du vécu tant de l’artiste que du spectateur … je préfère parler de liens, d’échanges, d’interconnexion …
- Je me suis alors amusée à mettre en question ces notions d’abstraction et de figuration en confrontant cette série à une autre que j’ai réalisée à partir de petits bouts de papier de récupération : figurations.

La série figurations : j’avais découpé des découpages-collages de grand format pour noter mes courses au dos de ces papiers ... en les retournant j’ai découvert des motifs très intéressants. J’ai décidé de reproduire ces morceaux le plus fidèlement possible. Les résultats, d’aspect assez abstrait, sont néanmoins pour moi des figurations de mes bouts de papier.

 Pour compléter ce rapprochement entre abstraction et figuration, j’ai quadrillé une estampe et je propose à chacun d’en nommer un morceau (voir sur ce site : « blog en ligne »).
Dit en vocabulaire artistique, en rapprochant ces deux séries, je « mets en abîme la différenciation entre figuration et abstraction » :o)

 

Expositions personnelles :

- POLYTECH- Savoie (ESIA) – campus universitaire d’Annecy-le-Vieux (74)
      F.R.A.G.M.E.N.T.S.  -  novembre-décembre 2006

- Présidence de l’Université de Savoie – Chambéry (73)
      F.R.A.G.M.E.N.T.S.  -  mars-avril 2006

- Mairie de Meythet (74)
      CHEMINEMENTS  -  mars 2004

- Maison des alpages de Besse en Oisans (38)
      Les guides paysans  -  février mars 2003

- Musée de Bourg d’Oisans (38)
      Les guides paysans  -  année 1998

- et de nombreuses autres dans des mairies, Offices de Tourisme, bibliothèques

 

Expositions collectives :

De la 1° à la 9° éditions des PICTURALES à Thônes (74)



template-joomspirit